A l’occasion du Paris Fintech Forum qui s’est déroulé les 29 et 30 janvier derniers dans la capitale française, les «disrupteurs» du secteur bancaire et entrepreneurs Fintech – David Vélez, Maximilian Tayenthal et Oliver Hughes – s’étaient donné rendez-vous afin de discuter de l’évolution et du futur de la banque de détail, avec l’avènement des banques en lignes, mobiles et néobanques, connaissant un succès grandissant notamment auprès des jeunes générations. Urban BEAST revient sur cet échange en table ronde, entre visions modernes basées sur les besoins clients et créations de nouvelles expériences utilisateurs.

Depuis maintenant quelques années, les banques en ligne – et bien souvent mobiles, accessibles depuis une application – révolutionnent les services bancaires : tout en offrant les produits dits traditionnels, des cartes de crédits aux comptes courants, elles n’ont pas de présence physique sous la forme d’agence. Les échanges, à commencer par l’ouverture d’un compte, se font ainsi exclusivement en ligne ou via l’application. Cette tendance répond aux besoins de flexibilité des nouvelles générations qui plébiscitent des services rapides, voire instantanés, mais également intuitifs, à la manière des nombreuses autres apps qu’ils utilisent au quotidien.

 

Les clients et leurs attentes sont donc au centre des stratégies des banques en ligne, comme le confirme Maximilian Tayenthal, le co-fondateur de N26 : «Nous observons un changement majeur dans les habitudes des utilisateurs. Comme on peut l’observer dans différentes industries, la disruption vient généralement de l’extérieur. Ainsi, bien que nous nous considérions comme une société tech, notre but avoué est de devenir une banque de détail mondiale. Et pour ce faire, il est nécessaire que continuions à développer cette notion de confiance, cruciale pour fidéliser et convaincre de nouveaux clients bancaires». Destinée principalement aux Millenials, N26 promet l’ouverture d’un compte depuis un smartphone en moins de 8 minutes, et mise pour cela sur une application au design épuré tout en proposant toutes les fonctionnalités traditionnelles des banques de détail. La banque a récemment annoncé son lancement prochain aux Etats-Unis, après avoir bouclé un nouveau tour de table de 300 millions de dollars en janvier dernier.

Pour David Vélez, le fondateur et CEO de Nubank, une Fintech brésilienne, licorne – avec une valorisation supérieure à un milliard de dollars – et plus précisément banque en ligne de son état, «le marché de la banque de détail est aujourd’hui estimé à 10 trillions de dollars. Les banques digitales pourraient capturer jusqu’à 10% du marché, et de nombreuses autres sociétés spécialisées dans la tech pourraient également entrer dans la danse dans les mois à venir. De plus, de nouveaux marchés sont créés continuellement, notamment dans les pays émergents et ayant accès à peu, voire pas, de services financiers». Dans ce contexte, de nombreuses banques mobiles et/ou en ligne ont pour ambition de se développer dans des marchés locaux ou bien précis, laissant l’opportunité à une multitude de nouvelles banques de se créer dans les années à venir, sans qu’elles ne soient nécessairement en concurrence.

L’avis d’Oliver Hughes diffère cependant. Pour le CEO de Tinkoff, cette compétition entre ces nouvelles banques en ligne, qui techniquement ne connaissent pas de frontière bien qu’elles doivent s’assurer de respecter les réglementations et parfois s’acquitter d’une licence bancaire, pourrait bien s’intensifier. «Les Big Tech – les géants du web ayant déjà la main mise sur les données de leurs millions d’utilisateurs – vont entrer dans le marché bancaire toujours plus digital. Depuis des années et à travers leurs plateformes d’ecommerce notamment, ils se spécialisent justement dans la création d’expériences utilisateurs uniques et différenciantes. Ainsi, l’approche que nous poursuivons actuellement est basée sur la création d’un écosystème regroupant tout un ensemble de services financiers digitaux,» commente le CEO de la Fintech russe. La banque en ligne fondée il y a maintenant 13 ans a effectivement su évoluer pour transformer son offre, et ainsi passer du compte courant accompagné d’une carte de crédit à un large panel de services financiers désormais reconnus en Russie.

 

Aujourd’hui, le digital et les clients guident les nouveaux services financiers. Les stratégies sont multiples : certains lancent d’innovantes banques digitales en misant sur l’expérience utilisateur, alors que d’autres, les acteurs traditionnels, entament des transformations de fond, et donc de culture. Pour y parvenir, ces derniers stimulent l’innovation en interne ou décident de s’associer à des startups. Si le marché reste large, et qu’une partie d’un monde n’est à ce jour pas encore couverte par les services financiers, les grands gagnants pourraient bien être ceux qui placeront le client au centre de leurs préoccupations, en utilisant la toute puissance des nouvelles technologies.

 

Cet article a déjà fait l'objet d'une publication dans Urban BEAST #14 / www.beastmagazine.com


Publié le 12 mars 2019