Lors de sa mise en place effective en mars 2019, le Brexit fera perdre aux institutions financières leur passeport financier européen qui leur permet de proposer leurs services dans l'Union Européenne. Un changement qui crée une concurrence au sein des différentes places financières européennes qui espèrent les accueillir.

Ainsi, le Luxembourg compte récupérer suite au Brexit environ 3 000 postes. Une estimation annoncée par Nicolas Mackel , directeur général de Luxembourg for Finance, organisme chargé de la promotion de la place financière luxembourgeoise à l'étranger. Ce chiffre est, selon lui, "réaliste" et devrait s'opérer "dans le court terme, qu ['il] chiffre à deux ans".

La place luxembourgeoise compte ainsi jouer sur ses atouts afin de susciter l'intérêt, notamment son savoir-faire en tant que puissante place européenne, illustré par l'emploi de 60 000 personnes majoritairement dans le domaine de la gestion d'actifs.

Le Grand-Duché espère également récupérer l'EBA, le siège d l'autorité bancaire européenne actuellement à Londres, qui pourrait dès lors rejoindre la Cour de Justice de l'UE et la BEI (Banque Européenne d'Investissement).  


Publié le 11 septembre 2017