Il ressort de la nouvelle étude de The OneLife Company, que les priorités financières des particuliers fortunés (les « HNWIs ») mobiles sur le plan international, sont les avantages fiscaux de leurs investissements et la gestion de leurs engagements fiscaux internationaux. Pourtant, moins de 40 % de ces expatriés estiment que leurs investissements ne sont pas aussi fiscalement avantageux qu’ils devraient l’être.

L’étude fait apparaître à quel point il est nécessaire que les gestionnaires de patrimoine adaptent leurs solutions et leurs services à leurs clients internationaux. Un HNWI européen sur quatre interrogés a déjà déménagé dans d’autres pays pour y vivre ou pour y travailler, et 13 % envisagent une première expérience d’expatriation dans le futur. L’envie d’expatriation est encore plus présente dans le segment des « millennials » avec une part d’expatriés de 43 % et de futurs expatriés de 20 % chez les moins de 35 ans.

L’étude, menée en collaboration avec le cabinet de recherche patrimoniale Scorpio Partnership, a analysé les avis de 770 HNWIs originaires de Belgique, du Danemark, de Finlande, de France, du Portugal, d’Espagne, de Suède, de Suisse et du Royaume-Uni. Le patrimoine moyen des participants est évalué à 2,76 millions EUR.

Les réponses font apparaître que 46 % des individus expatriés ou envisageant l’expatriation souhaitent pouvoir bénéficier de conseils fiscaux dans le cadre d’une proposition de gestion de patrimoine internationale. En particulier, 27 % estiment que l’assurance-vie devrait faire partie de la suite de produits ; un pourcentage qui atteint 39 % chez les moins de 35 ans.

aaa_0.jpg

Figure 1 : Quels produits et services spécifiques ATTENDEZ-vous d’une proposition de gestion de patrimoine internationale ? Source: OneLife et Scorpio Partnership, “#Réussir son #Expatriation: Le Parcours de l’Expatriation”

 

« Les jeunes générations de clients sont plus susceptibles de s’expatrier et ont de toute évidence une meilleure connaissance de l’étendue des avantages - comme la portabilité- offerts par l’assurance-vie”, remarque Marc Stevens, Chief Executive Officer de OneLife.

Les conclusions indiquent également l’importance de la technologie pour le secteur de l’expatriation. La banque en ligne est la principale exigence dans le cadre d’une proposition de gestion de patrimoine internationale. 53 % des expatriés déclarent qu’elle est nécessaire pour gérer leur patrimoine.

La preuve en est que les individus qui continuent à travailler avec leur principal gestionnaire de fortune après leur expatriation citent la qualité des outils comme la principale raison de maintenir leur relation avec le cabinet. À l’inverse, un quart de ceux qui changent de gestionnaire de patrimoine après leur expatriation citent l’absence de services numériques convenables comme un motif suffisant pour engager une relation avec un nouveau prestataire.

 

Le conseil des gestionnaires de patrimoines, grand absent de la mobilité internationale

Nos conclusions indiquent que la mobilité internationale est rapidement en train de devenir la norme. Près du quart des HNWI ont déjà fait l’expérience de l’expatriation et un grand nombre d’entre eux sont gagnés par l’engouement suscité par un mode de vie international. En moyenne, les expatriés ont déjà déménagé 2,6 fois, un chiffre qui augmente chez les millennials (3,2) et les entrepreneurs (3,3). 26 % des HNWI envisagent de s’installer à l’étranger dans le futur.

Bien qu’un mode de vie international convienne à certains plus qu’à d’autres, même ceux qui résident dans leur pays d’origine comprennent l’attrait que peut exercer l’installation dans un pays étranger. Plus de 50 % des non-expatriés considèrent l’expatriation comme une opportunité à saisir. On remarquera néanmoins que cette option n’est pas perçue comme une opportunité importante. Bien qu’une majorité de HNWI estiment que l’expatriation n’a pas d’impact sur la création de patrimoine, les expatriés que nous avons interrogés étaient plus riches d’1 million EUR que ceux qui restaient dans leur pays.

Bien qu’« optimiste » soit le terme le plus fréquemment utilisé pour décrire le ressenti concernant l’expatriation, la perspective d’un déménagement à l’étranger est également une source d’appréhensions pour les HNWI. Spécifiquement, la barrière de la langue (38 % des personnes interrogées), la gestion financière (30 %) ainsi que les soins de santé et la sécurité sociale (31 %) font partie des principales inquiétudes liées à une installation à l’étranger.

On ne peut s’empêcher de constater l’absence remarquée d’un conseil professionnel solide dans le processus. Pour dissiper leurs craintes, les expatriés demandent conseil à leurs amis, à leur famille ainsi qu’à leurs employeurs lorsqu’ils envisagent de déménager à l’étranger et privilégient leur avis à celui des gestionnaires de patrimoine, des groupes de soutien et des agences d’aide à l’expatriation. En fait, seul un quart des HNWIs demandent conseil à leur gestionnaire de patrimoine pendant leur expatriation, et parmi ceux qui le font, seuls 8 % estiment que cet avis professionnel leur avait été précieux et utile.

bbb.jpg

Figure 2: Avant de vous expatrier dans un autre pays, quels étaient/sont vos principales préoccupations ? À qui avez-vous envisagé (ou envisagez-vous) de demander conseil concernant ces craintes ? Source: OneLife et Scorpio Partnership, “#Réussir son #Expatriation: Le Parcours de l’Expatriation”

 

L'expertise transfrontalière de OneLife aide les expatriés et leurs familles à mener à bien leur projet d'expatriation: un guide pratique conçu par des experts

Un nouveau type de HNWI est dès lors en train de se profiler, caractérisé par une envie de faire tomber les frontières et d’explorer ce monde rempli d’opportunités. Bien que ce soit une perspective passionnante et souvent lucrative, son succès dépendra de choix cruciaux à faire avant le déménagement. Des questions telles que: “ Ma fortune est-elle mobile si je déménage à l’étranger ? Quelles sont les problèmes fiscaux auxquels je serai confronté du fait de mon expatriation ? Et lorsque je suis à l’étranger, ai-je facilement accès de manière digitale au statut de ma fortune ?

Afin d’aider à répondre à ces questions et démontrer les avantages de l’assurance-vie dans des situations d’expatriation, l’équipe d’experts en gestion de fortune de OneLife a mis au point un guide pratique pour les expatriés et leurs familles. Tout d’abord un e-book compose de 6 études de cas pratiques qui décrivent le parcours de l’expatriation de 6 familles qui déménagent d’un pays à un autre. Ensuite, une checklist transfrontalière reprenant les 14 questions essentielles à se poser avant de s’expatrier.

Dixit Marc Stevens (photo): « À l’échelle du secteur, nous ne nous pouvons pas nous permettre d’être unidimensionnels dans notre manière de percevoir nos clients. Alors que l’expatriation constitue une priorité grandissante pour les particuliers les plus fortunés d’Europe, nous devons anticiper leurs exigences, en accroissant nos compétences et en réfléchissant au type de conseils dont nos clients ont besoin pour accompagner leurs aspirations internationales. »

>> Les principales observations de l’étude  sont visibles sur: https://www.onelife.eu.com/downloads/success-relocation-key-findings/?lang=fr

>> L’ e-book peut être téléchargé sur: https://www.onelife.eu.com/downloads/reussir-son-expatriation-e-book/?lang=fr

>> La checklist est disponible sur: https://www.onelife.eu.com/downloads/success-relocation-checklist/?lang=fr

 

Communiqué de presse par OneLife


Publié le 14 novembre 2017