La rupture des relations économiques et diplomatiques de plusieurs pays du Golfe avec le Qatar pourrait possiblement impacter le Luxembourg.

Partenaire économique du Grand-Duché, l'émirat soupçonné d'entretenir des relations avec des organisations terroristes, vient d'être mis à l'écart par plusieurs pays dont l'Arabie Saoudite, le Bahreïn, les Emirats Arabes Unis, l'Egypte et le Yémen. Un fait diplomatique qui pourrait avoir des conséquences pour le Grand-Duché.

De possibles conséquences indirectes

En effet, cette décision pourrait affecter de manière indirecte le Luxembourg notamment sur le plan financier du fait de l'implication sur Qatar dans l'économie luxembourgeoise. «On peut s’attendre à des implications sur les engagements économiques actuels et futurs au Luxembourg », spécule Jeannot Erpelding. De possibles désengagements des participations financières, des fuites de capitaux du pays et la modification du réseau aérien qatari au Luxembourg pourraient être les conséquences de cette mise à l'écart.

Pour autant, l'implication du Qatar au Luxembourg reste minime, et les relations entre les deux pays sont avant tout financières, même s'il existe «de bonnes relations qui restent à entretenir et à développer», estime Nicolas Mackel, CEO de Luxembourg for Finance (LFF). Si Précision Capital (en lien avec la monarchie qatarie) est l'actionnaire majoritaire des banques BIL et KBL epb, la dernière collaboration entre le Luxembourg et l'émirat remonte à mars 2015.

 

Source : L'Essentiel


Publié le 08 juin 2017