Le 7 mars 2018, le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel, a accueilli le président du Conseil européen, Donald Tusk, pour une entrevue au château de Senningen.

Les discussions ont porté essentiellement sur les grands dossiers de l'actualité européenne et plus particulièrement sur l’évolution des négociations en matière du Brexit. La réunion a aussi permis de préparer le Conseil européen des 22 et 23 mars 2018 à Bruxelles et de discuter le cadre des relations futures avec le Royaume-Uni.

"Unité et solidarité devront être les maîtres-mots lors des négociations avec le Royaume-Uni", a déclaré Xavier Bettel au sujet du Brexit, "La solidarité entre les 27 constitue le fondement du cadre des négociations avec le Royaume-Uni et les intérêts de tous les états-membres avec le Royaume-Uni doivent être respectés.".

Le Premier ministre a rappelé que des dizaines de milliers d’emplois sont liés au Brexit et dépendent donc des relations futures entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. « C’est pour cette raison que nous avons besoin d’une période de transition en douceur et sans ruptures, susceptibles de nuire aux relations commerciales dont profitent les citoyens des deux côtés de la manche. » a précisé Xavier Bettel.

"Personne ne sortira gagnant du Brexit", a encore estimé Xavier Bettel, "Les deux côtés seront perdants et le défi des négociations du Brexit sera de limiter au maximum les effets négatifs, tout en respectant le level playing field du marché intérieur."

Au sujet des lignes directrices sur le cadre des relations futures avec le Royaume-Uni, le Premier ministre a expliqué que "La position du Luxembourg sur le Brexit a toujours été pragmatique et pro-européenne." Et de conclure:"La solidarité est une condition pour garantir l’unité et l’unité est une condition pour atteindre des résultats pragmatiques".

 

Source : gouvernement.lu


Publié le 08 mars 2018