Le cabinet Wealth-X a publié une étude sur les personnes les plus fortunées du monde, en considérant qu'une fortune aisée commence à partir de 30 millions de dollars d'actifs. L'étude s'est portée sur 226 450 individus pour une fortune cumulant à 27 000 milliards de dollars. Une analyse démographique qui révèle bien des caractéristiques, parfois surprenantes, sur les "UHWN" (Ultra-High Net Worth)

Le background

 

Il est souvent dit que les plus grandes universités mènent de manière presque automatique à une situation confortable. Néanmoins il est à noter que l'Ivy League, qui regroupe les universités les plus prestigieuses des Etats-Unis comme Harvard ou Yale sont sous-représentés au sein des UHWN. Seulement 15% de la population mondiale UHWN provient des établissements de l'Ivy League. L'Université de Pennsylvanie est notamment le 2ème établissement d'où sortent le plus de personnes fortunés, comme Elon Musk par exemple. 5 établissements publics figurent également dans le top 20 de ce classement.

 

Néanmoins, Harvard réunit 1 906 étudiants dans la population UHWN. Et bien que l'Ivy League ne soit pas la seule garantie de dégoter le magot, les fortunes des alumnis de l'Ivy League ont une valeur moyenne supérieure aux autres, culminant à 200 millions de dollars. On peut citer comme exemple Warren Buffet, ancien de Columbia.

 

Les jeunes fortunés, des héritiers ?

 

Il serait facile de se reposer sur ce cliché affirmant que les plus jeunes fortunés sont des "fils à papa" et profitent de la fortune parentale pour se glisser dans la catégorie des UHWN. C'est en grande partie faux.

 

L'étude montre, en effet, que les deux tiers des UHWN nés entre 1980 et 1994 (les fameux "millennials") sont des self-made. L'exemple qui illustre le mieux ce chiffre est Mark Zuckerberg, figure de proue des millennials, qui a quitté Harvard avant de fonder Facebook et d'avoir une fortune estimée aujourd'hui à 64,7 milliards de dollars.

 

Fortune = avarice ?

 

Comme il est dit dans la fable de La Fontaine La Poule aux Œufs d'Or : "L'avarice perd tout en voulant tout gagner". Et force est de constater que la plupart des plus grosses fortunes de notre monde se sont inspirés de ce vers. Plus d'un tiers des personnes les plus riches participent de manière assidue à des actions de bienfaisance, comme Bill Gates par exemple. Lui et Warren Buffet sont à l'origine d'un programme en forme de promesse, "Giving Pledge", qui engage les UHWN ayant ratifié cet accord à donner plus de la moitié de leur fortune à des œuvres de charité. Aujourd'hui, cet accord a été ratifié par 168 personnes de 21 pays différents.

 

 

 


Publié le 03 août 2017