Une récente étude menée par Lombard International Assurance S.A., leader européen en matière de solutions de structuration patrimoniale et successorale à travers l’assurance vie en unités de compte à destination des personnes fortunées, de leurs familles et des institutions, révèle que les professionnels du patrimoine basés en Europe anticipent un essor considérable de la digitalisation dans le secteur de l’assurance vie en unités de compte, les trois quarts (75 %) des répondants s’attendant à un niveau de digitalisation « élevé » à « très élevé » au cours des trois prochaines années.

Publié à la mi-mars 2021 et réalisé en association avec Accenture Luxembourg, ce rapport inédit en Europe offre une perspective pan-européenne approfondie des usages et opinions sur l’assurance vie en unités de compte. Dans un environnement de plus en plus dépendant des technologies, les conclusions du rapport montrent clairement un besoin d’amélioration des services faisant appel aux solutions digitales afin que le secteur reste pertinent vis-à-vis des professionnels du patrimoine et de leurs clients fortunés.

Fait intéressant, le rapport révèle qu’il existe des divergences significatives en termes de perspectives entre les pays. Ainsi, parmi les répondants basés en Belgique, la quasi-totalité (93 %) déclare qu’elle s’attend à ce que le marché de l’assurance vie en unités de compte connaisse un niveau de digitalisation « élevé » à « très élevé » au cours des trois prochaines années. La France et l’Italie sont également parmi les plus optimistes, ce chiffre atteignant respectivement 90 % et 80 %. Ce sont les professionnels établis au Royaume-Uni qui se révèlent être les plus incertains quant au niveau de digitalisation au cours des trois prochaines années, 15 % d’entre eux attendant explicitement un degré de digitalisation « très faible » – soit environ trois fois la moyenne européenne (6 %).

L’offre digitale arrive d’ailleurs en tête des critères clés que les professionnels du patrimoine prennent en compte lorsqu’ils choisissent un fournisseur d’assurance vie en unités de compte. D’après le rapport, le critère « existence d’une plateforme digitale de services et de canaux de souscription dématérialisés » est classé en quatrième position - les trois premiers critères étant « rapidité et efficacité du service », « bonnes relations et communication avec l’équipe de la compagnie d’assurance » et « compétences, expertise et connaissances techniques ».

 

Rôle déterminant de la technologie en tant que facilitateur de service

Néanmoins, il reste du chemin à parcourir dans la course au digital. S’agissant de la qualité des offres digitales actuellement proposées par les fournisseurs d’assurance vie en unités de compte, les professionnels du patrimoine sont loin d’être impressionnés. L’indice de satisfaction générale des services disponibles à l’heure actuelle s’établit à une moyenne de 2,89 sur une échelle de notation de 1 à 5 (5 signifiant « très satisfait »). Il apparaît notamment que les outils de simulation et les applications pour smartphones semblent le plus faire défaut. Les professionnels du patrimoine basés en France et au Portugal sont les plus satisfaits, accordant respectivement aux offres de services digitalisés qu’ils reçoivent la note de 3,5 et 3,6 sur 5. Cela montre néanmoins qu’il reste des efforts à fournir.

Le rapport souligne également le rôle fondamental de la technologie pour fournir un service d’excellence, une sécurité renforcée et une expérience plus mobile. Parmi les professionnels du patrimoine basés en Europe, lorsqu’on leur demande d’identifier quelles technologies ils considèrent comme les plus importantes, les répondants ont classé « les technologies en matière de service client », « la cybersécurité » et « les technologies mobiles » dans le top trois.

 

Le besoin de digitalisation demeure

Un thème constant et qui apparaît tout au long du rapport est le rôle déterminant que la digitalisation devrait jouer dans l’évolution du secteur de l’assurance vie en unités de compte. Dans leurs réponses, les professionnels du patrimoine considèrent qu’une offre digitale à la pointe doit figurer en tête des nouveaux services offerts par leurs fournisseurs. Ainsi, interrogés sur les services supplémentaires que les fournisseurs d’assurance vie en unités de compte devraient proposer, plus d’un répondant sur cinq (22 %) identifie « la souscription 100% digitale et les e-applications » comme son option privilégiée, alors que les « gammes de solutions innovantes adaptées à chaque besoin » arrivent en deuxième position (18 %). Une fois de plus, la digitalisation passe au premier plan dans leur troisième priorité, avec le besoin de « solutions digitales permettant de réduire les coûts d’acquisition client et d’augmenter la productivité du courtier » (16 %).

 

Communiqué par Lombard International Assurance


Publié le 22 avril 2021