Le jeudi 27 mai, le processus de ratification du plan de relance européen est enfin arrivé à son terme au bout de dix mois après le vote des Parlements de Pologne et d'Autriche, derniers pays parmi les 27 à donner leur feu vert. Le mécanisme de soutien aux États membres de l'UE s'élève à 672 milliards d'euros. Le Luxembourg devrait recevoir 93 millions d'euros.

Le mécanisme d'une ampleur inédite qui prend la forme de subventions et de prêts accordés aux États est financé pour la première fois par un recours commun à l’emprunt, un sympbole de la solidarité européenne face à la crise du covid. La Commission européenne va donc pouvoir désormais emprunter sur les marchés et financer le plan de relance.

Les principaux bénéficiaires seront l’Espagne et l’Italie avec près de 70 milliards d’euros chacune, devant la France (près de 40 milliards). L’argent doit permettre de financer la rénovation thermique de bâtiments, des projets ferroviaires, des bornes de recharge pour véhicules électriques, des réseaux de télécommunications à haut débit ou encore des infrastructures de stockage des données.

La part du gâteau pour le Luxembourg devrait s'élever à 93 millions d'euros, selon le Wort. Le 10 mars dernier, le ministre des Finances, Pierre Gramegna, avait en effet présenté en Conseil de gouvernement, le «Plan pour la reprise et la résilience» (PRR) du Luxembourg. L’allocation du Luxembourg au titre de la «Facilité pour la reprise et la résilience» devant s'élever à 93 millions d’euros. «Ce projet de Plan pour la reprise et la résilience du Luxembourg s’inscrit pleinement dans la continuité de l’action gouvernementale et porte l’ambition de favoriser les transitions écologique et numérique, tout en mettant l’accent sur la cohésion sociale et la promotion d’un cadre économique moderne et attrayant», avait alors déclaré Pierre Gramegna.

Le PRR luxembourgeois s’articule autour de trois axes: «Cohésion et résilience sociale», «Transition verte» et «Digitalisation, innovation et gouvernance». «La majorité des projets retenus sont inclus dans le budget de l’État pour l’exercice 2021 ou dans la programmation financière pluriannuelle pour la période 2020-2024 et portent sur un montant total de 333 millions d’euros, ce qui dépasse l’enveloppe totale des fonds à disposition du Luxembourg. Cette approche assure que les projets présélectionnés disposent de la maturité nécessaire et facilitera par la suite la mise en œuvre du PRR», indiquait en mars dernier un communiqué du gouvernement.

Le plan de relance européen est toutefois sans commune mesure avec les États-Unis, où des aides bien plus massives ont été débloquées beaucoup plus rapidement, sous l'administration Trump puis sous l'administration Biden.

 


Publié le 28 mai 2021