Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, a présenté en date du 3 février 2020, à la réunion jointe de la Commission des Finances et du Budget et de la Commission du Contrôle de l'exécution budgétaire, la situation financière de l'État au 31 décembre 2019.

Au 4e trimestre 2019, le solde comptable de l'Administration centrale est excédentaire de 1,2 milliard d'euros, ce qui représente une amélioration de 448 millions d'euros par rapport à la même période en 2018. Cette progression est tout d'abord à considérer dans le contexte du budget des douzièmes provisoires. La surperformance s'explique également par l'évolution très favorable des recettes, dont notamment l'impôt sur le revenu des collectivités, où les effets de la déclaration électronique continuent à se répercuter de manière positive.

On constate également au 31 décembre 2019 un effet de ciseaux positif au niveau de l'évolution des recettes et des dépenses. Alors que par rapport à fin décembre 2018, les dépenses n'ont qu'augmenté de 5,1% et s'élèvent à 18,5 milliards d'euros, les recettes ont, quant à elles, progressé de 7,3% et se trouvent à un niveau proche des 20 milliards d'euros.

Les chiffres du 4e trimestre 2019 ne correspondent toutefois pas aux comptes finaux. En effet, chaque année, l'exercice budgétaire comprend une période complémentaire qui s'étale de janvier à avril de l'année suivante. Cela explique également pourquoi, au sens de la loi de 1999 sur la comptabilité de l'État, le taux d'exécution des dépenses ne se chiffre qu'à 94,5% des dépenses prévues au budget voté 2019. En raison du budget des douzièmes provisoires en début d'année 2019, ce taux est d'ailleurs inférieur à celui observé fin-2018, de sorte qu'un volume important de dépenses reste encore à être comptabilisé au cours de la période complémentaire. Pour ce qui concerne le taux de collection des recettes, celui-ci s'établit à 104,5% et a donc dépassé le montant total des recettes estimées au budget voté 2019, démontrant que les prévisions étaient prudentes.

Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, commente: "Le solde intermédiaire de l'Administration centrale au 31 décembre 2019 a dépassé le seuil d'un milliard. Il s'agit là d'une situation momentanée qui est très favorable, due à la bonne évolution des recettes et à la rigueur dans l'exécution du budget. Même si un volume important de dépenses est encore à comptabiliser durant la période complémentaire, je suis tout à fait confiant que l'exercice 2019 se clôturera, une fois de plus, en situation excédentaire comme en 2018 et ce, tout en maintenant les investissements à un niveau très élevé."

 

Communiqué par le ministère des Finances


Publié le 03 février 2020