Le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, a participé à la première journée de la 12e Conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), qui se tient du 12 au 15 juin 2022 à Genève.

La 12e Conférence ministérielle de l'OMC (CM12) est l'occasion de se pencher sur les défis auxquels fait face le système commercial multilatéral, dont la réforme de l'OMC et les réponses à apporter aux perturbations du commerce mondial causées par la pandémie et la guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine.

Dans son intervention, le ministre Asselborn a tout d'abord noté à quel point le monde a changé depuis la dernière Conférence ministérielle de l'OMC, qui s'est tenue en 2017 à Buenos Aires: "En effet, nous faisons face à des crises multiples dont les effets déstabilisateurs continueront à nous hanter pour les années à venir: la crise climatique persistante, la remise en question du multilatéralisme, une pandémie qui touche tous les aspects de notre existence et tous les secteurs d'activités de nos sociétés, et maintenant une guerre illégale qui aggrave un tableau désastreux".

Eu regard à ce contexte particulier, et notamment la guerre d'agression menée par la Russie contre l'Ukraine ainsi que ses conséquences pour la sécurité alimentaire et les prix des denrées énergétiques et alimentaires, le chef de la diplomatie luxembourgeoise a souligné que les Etats membres "ne peuvent pas se limiter à considérer l'OMC comme une simple organisation technique qui s'occupe des règles régissant le commerce, puisque les atteintes à l'intégrité territoriale et à l'indépendance politique de tout État nous concernent tous et ne peuvent laisser l'OMC indifférente".

"En ciblant l'approvisionnement et la production alimentaires, la Russie a montré son intention de paralyser l'économie agricole ukrainienne. Par le blocus de la mer Noire les forces armées russes empêchent les exportations ukrainiennes de céréales d'atteindre les marchés mondiaux et qui provoque des turbulences économiques", a fait remarquer le ministre.

À cet égard, Jean Asselborn s'est opposé à tout narratif visant à imputer aux sanctions internationales des conséquences négatives sur la production agricole en Ukraine, et par ricochet sur la sécurité alimentaire mondiale: "Au contraire, c'est la guerre menée par la Russie qui est responsable de la hausse des prix et de la carence des produits de base sur le marché mondial."

Le ministre a par la suite souligné la nécessité de faire de la CM12 un succès afin de réaffirmer ainsi la pertinence de l'OMC et de la voie multilatérale: "C'est à nous d'agir afin de garantir un commerce ouvert et transparent, des règles solides, des marchés résilients et moins de distorsions commerciales. Pour le Luxembourg, il est donc prioritaire de conclure l'accord sur les subventions à la pêche - il en va de la durabilité de nos océans - et de promouvoir les liens entre commerce et objectifs environnementaux. De même, nous sommes appelés à avancer les questions agricoles et à répondre aux défis de la sécurité alimentaire - en prenant des actions coordonnées dans des domaines, tels que les restrictions à l'exportation et la transparence. Nous devons apporter notre contribution à la réponse à la pandémie – dont l'accès universel et équitable aux vaccins et aux traitements contre la COVID-19."

Enfin, le ministre a ajouté qu'il faut "lancer sans tarder des discussions sur la réforme de l'OMC, y compris pour un règlement des différends pleinement opérationnel et finalement prolonger le moratoire sur le commerce électronique".

La session inaugurale de la CM12 a été précédée d'un événement de solidarité avec l'Ukraine, organisée par l'UE, en présence du Vice-Ministre du commerce de l'Ukraine, Taras Kachka. En marge de la CM12, les ministres européens chargés du commerce international se sont également réunis pour une réunion de coordination.

Communiqué par le ministère des Affaires étrangères et européennes


Publié le 13 juin 2022