Après une année exceptionnelle, la concurrence des investissements verts augmente. Les investisseurs devront adopter une approche sélective pour trouver des opportunités de croissance attractives dans le changement climatique, écrit Schroders.

L’année écoulée a été exceptionnelle. Pas seulement en raison d’une pandémie. Les développements de la lutte contre le changement climatique se sont également emballés. L’opinion publique, les pouvoirs publics, les entreprises et les marchés financiers sont désormais convaincus de la nécessité de faire face à la crise climatique. Des investissements plus nombreux, la recherche et le développement et la collaboration internationale se combinent pour rendre possible une transition rapide vers une économie zéro émission.

Ce n’est que le début. Mais comme les opportunités d’investissement dans le changement climatique se concurrencent fortement, les investisseurs n’échapperont pas à une approche plus sélective.

 

Réchauffement des valorisations 

Investir est tout sauf simple. Lorsque les marchés financiers se sont rendu compte, en 2020, de l’importance de la transition qui nous attendait, la valorisation des entreprises a commencé à le refléter par une hausse sensible. On a assisté à une importante revalorisation des entreprises proposant une technologie dans les énergies renouvelables, le transport électrique, l’hydrogène, l’économie circulaire et l’alimentation durable. Cette revalorisation reflète principalement les meilleures perspectives de croissance des entreprises et secteurs qui proposent des solutions à la transition.

 

Une concurrence fiévreuse

La hausse des valorisations ne contrarie pas seulement le rendement futur des investissements verts. La sensibilisation grandissante à la transition et aux opportunités de croissance qui nous attend entraînera immanquablement une augmentation de la concurrence. Cette concurrence viendra de nouveaux venus, ou d’entreprises existantes dans des secteurs adjacents, qui adoptent une stratégie plus écologique.

 

De l’ombre sur l’énergie solaire 

L’énergie solaire constitue un bel exemple d’un secteur dans lequel l’augmentation de la concurrence a mis les rendements sous pression. La concurrence chinoise a pratiquement mis hors-jeu tous les autres producteurs de panneaux solaires. First Solar est la seule entreprise qui résiste à la forte pression chinoise. Elle dispose d’une technologie brevetée et d’une méthode de production de panneaux solaires qui lui ont toujours permis de réaliser des économies et de protéger ses marges. 

 

Court-circuit dans le transport électrique

Les producteurs de cathodes, composant essentiel des batteries lithium-ion, représentent un autre exemple. La perspective d’une hausse de la pénétration mondiale des véhicules électriques de 5 % à près de 100 % offre d’énormes opportunités de croissance. Ce sous-secteur assiste également à l’arrivée d’une vague de nouveaux venus (chinois).

Les producteurs de voitures électriques comme Tesla et NIO se voient rejoints par une série de nouveaux venus. De très nombreuses start-up ont levé des capitaux. On assiste à l’explosion de l’introduction de nouveaux modèles des constructeurs actuels. Des rumeurs annoncent le lancement d’une voiture électrique par Apple dans un ou deux ans. Cette concurrence renforce le défi pour les constructeurs qui luttent pour une part de marché.

On assiste également à une fragmentation dans le segment de marché de la production d’énergie durable. Les start-up, les entreprises d’utilité publique et les entreprises pétrolières et gazières traditionnelles qui passent à l’énergie durable renforcent la concurrence.

 

Feu vert pour le choix consciencieux

Dans ce climat d’abondantes opportunités financières et de concurrence accrue, les investisseurs doivent choisir leurs investissements avec soin. Les entreprises qui réussissent sont celles qui offrent un avantage concurrentiel clair et durable, car les seuils d’entrée sont élevés et les possibilités de différenciation des produits importantes.

 

L’éolien a le vent en poupe

L’éolien reste un exemple d’une concurrence acceptable. L’industrie éolienne s’est consolidée autour de quelques entreprises solides. En outre, peu de nouveaux venus de taille se sont présentés ces dernières années. Ce secteur vert offre des perspectives optimistes d’une croissance bénéficiaire et d’un bon rendement.

 

Communiqué par Schroders


Publié le 27 avril 2021