Il est intéressant de noter que la constitution d’une épargne en vue d’acquérir un bien immobilier ne représente que l’une des nombreuses priorités des résidents luxembourgeois. Au Luxembourg, 8 personnes sur 10 pensent qu’il vaut mieux être propriétaire que locataire. 74% des résidents luxembourgeois non propriétaires craignent de contracter une dette importante. 89 % des résidents luxembourgeois non propriétaires sont découragés par les prix élevés de l’immobilier. 90 % des résidents luxembourgeois s’attendent à une hausse des prix.

L’endettement constitue une inquiétude majeure pour les propriétaires

La crainte de contracter une lourde dette continue de prévaloir chez les Luxembourgeois. Selon la dernière étude internationale d’ING sur les prêts immobiliers hypothécaires, 74 % des personnes interrogées actuellement locataires et n’ayant jamais été propriétaires conviennent que cette crainte les décourage de réaliser un achat immobilier. Le fait de s’endetter lourdement pour acquérir un logement est l’une des plus grandes inquiétudes des résidents luxembourgeois, et le pourcentage de ceux qui conviennent que la crainte de l’endettement constitue une inquiétude majeure prévaut à tout âge.

Par ailleurs, l’une des principales raisons expliquant pourquoi les résidents craignent l’endettement réside dans la perception des prix élevés de l’immobilier sur le marché, et 89 % des personnes interrogées conviennent que ce facteur les décourage d’acheter.

 

L’évolution des priorités est liée aux défis associés à la propriété

L’étude monte que l’accession à la propriété demeure un important objectif financier et personnel ; 8 résidents luxembourgeois sur 10 conviennent qu’il vaut mieux être propriétaire que locataire, tout du moins d’un point de vue financier, et nombre d’entre eux ont une vision inébranlable des avantages futurs liés à la propriété, 90 % prévoyant une poursuite de la hausse des prix de l’immobilier au cours des 12 prochains mois.

Il semble pourtant qu’au Luxembourg, comme dans d’autres pays européens, la constitution d’une épargne en vue d’acquérir un bien immobilier ne représente que l’une des nombreuses pressions exercées sur la situation financière des ménages. Les gens semblent faire de gros efforts pour atteindre les deux objectifs à court terme que sont le fait de disposer de suffisamment d’argent pour les voyages et les loisirs, et d’économiser suffisamment pour couvrir les frais liés à l’éducation des enfants ou acquérir son propre logement.

 

Question : Qu’est-ce qui vous importe le plus à l’heure actuelle ? 

1580740645107.png

Il reste difficile d’accéder à la propriété et 86 % des personnes pensent qu’il est de plus en plus dur pour les primo-acquéreurs d’acheter un logement. Cette situation peut engendrer une certaine frustration incitant les gens à reporter la constitution d’une épargne en vue d’un objectif à long terme comme l’acquisition d’un nouveau logement.

 

La plupart des résidents conviennent toujours qu’il vaut mieux être propriétaire que locataire

Un pourcentage croissant des résidents luxembourgeois déclarent que, dans leur pays, l’immobilier ne suit pas une tendance favorable. Cette proportion a augmenté pour la troisième année consécutive, passant de 49 % à 2017 à 65 % en 2019. La raison la plus couramment avancée pour justifier ce pessimisme du marché est que les résidents pensent que l’acquisition d’un logement n’est aujourd’hui pas accessible pour la plupart des gens. En revanche, 69 % des personnes qui pensent que l’immobilier est en bonne voie au Luxembourg considèrent l’immobilier comme un bon investissement.

 

Communiqué par ING Luxembourg


Publié le 05 février 2020