Selon les résultats d’une enquête commandée par ING sur le comportement des consommateurs dans le contexte de la crise, 21 % des résidents au Luxembourg souhaitent désormais s’intéresser davantage aux fonds d'investissement. Une analyse plus approfondie des détails révèle que l’intérêt est le plus marqué chez les 18 à 34 ans :

1592464531080.png

On observe également un autre phénomène intéressant : alors que les résidents de nationalité Luxembourgeoise ne sont que 13% à déclarer un intérêt plus important envers l’investissement dans le contexte actuel, les étrangers sont 30% à déclarer avoir l’intention de prendre en considération l’alternative à l’épargne.

 

Les clients d'ING ont investi plus qu'ils n'ont retiré

"Au début de la crise, nous avons remarqué une forte augmentation dans l’activité d’investissement par les investisseurs particuliers, que ce soit pour les investisseurs existants ou les nouveaux investisseurs.", explique Sébastien Mercier, responsable pour l’activité investissement chez ING Luxembourg. ​"Il est clair que les investisseurs sont de plus en plus conscients qu’il ne faut pas paniquer après une baisse des marchés, mais bien garder en vue l’objectif à long terme. D'autres encore profitent de l'occasion pour investir lorsque les prix sont bas, en tablant sur une correction à la hausse des marchés. Il reste, comme toujours en investissement, primordial de penser à long terme", dit-il. Les investisseurs en sont déjà bien conscients.​

 

Abaissement des seuils d'investissement

Sébastien Mercier part du principe que l'épargne et l'investissement deviendront encore plus importants dans le contexte de la crise du COVID-19. Un examen plus approfondi de l'évolution des dépôts et des dépôts d'épargne auprès des clients d'ING permet de tirer les conclusions correspondantes. Non seulement la demande de fonds d’investissement est très forte, mais les comptes d'épargne sont également en augmentation, affirme Mercier.​

Le défi consiste maintenant à aider les non investisseurs à lier épargne et investissement pour gérer au mieux leur patrimoine financier." Deux considérations devraient être au premier plan : 1. quelle part de mon argent doit rester disponible sur un compte d'épargne, en réserve et pour les besoins à court terme et 2. Quel montant puis-je investir autrement pour les besoins à plus long terme", déclare l’expert en investissement. Pour les petits investisseurs, des solutions existent déjà. "Chacun doit avoir la possibilité d'investir dans des titres" affirme-t-il.​ Des alternatives qui rendent l’investissement accessible à une large partie de la population existent déjà. Pour les débutants et les petits investisseurs, cela est possible à partir de 50 euros par mois.​

 

Communiqué par ING


Publié le 18 juin 2020