Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, a fait le lundi 12 octobre 2020 le point sur les finances publiques, lors d'une réunion jointe de la Commission des finances et du budget (Cofibu) et de la Commission du contrôle de l'exécution budgétaire (Comexbu) de la Chambre des députés.

Dans sa présentation relative au compte général de l'année 2019, Pierre Gramegna a souligné que l'Administration centrale affichait pour la deuxième année consécutive un surplus. En effet, selon les principes SEC2010, l'année budgétaire s'est clôturée au niveau de l'Administration centrale par un excédent de 60 millions d'euros, alors que le budget voté tablait encore sur un déficit de -650 millions d'euros.

En ce qui concerne l'exécution du budget 2020 au 31 août, soit six mois après le début de la pandémie du COVID-19, les nombreuses mesures d'atténuation mises en œuvre par le gouvernement ont engendré une augmentation des dépenses de +17,7% par rapport à la même période en 2019. Ces mesures incluent notamment des déboursements importants en faveur du chômage partiel, celles pour le Haut-Commissariat à la protection nationale ainsi que les paquets d'aide aux entreprises, pour un montant de 1,9 milliard d'euros.

Les recettes ont, pour leur part, diminué de -9,6% sur la même période. Cette baisse est attribuable au ralentissement économique dû à la mise en œuvre des mesures de confinement pour lutter contre la propagation de la pandémie et aux mesures fiscales pour soutenir l'économie. Au 31 août 2020, le déchet fiscal total résultant des annulations des avances et des accords de délais de paiements en matière d'impôts directs se chiffrait à 222 millions d'euros. Les remboursements en matière de TVA, effectués au niveau de l'Administration de l'enregistrement, des domaines et de la TVA, représentaient fin août un montant record total de 1,25 milliard d'euros.

Considérant l'évolution des recettes et des dépenses dans leur ensemble, la situation de l'Administration centrale affiche une détérioration de -3,5 milliards d'euros par rapport à août 2019. Le solde de l'Administration centrale s'élève donc à -2,9 milliards d'euros fin août 2020, alors qu'en 2019 le solde était à la même époque positif de plus de 600 millions d'euros.

Pierre Gramegna a souligné: "En raison de la politique budgétaire prévoyante des dernières années, la situation des finances publiques était une nouvelle fois en équilibre à la fin de l'année 2019. Le Luxembourg disposait donc des moyens financiers pour affronter cette crise avec rapidité et détermination, et a pu mettre en œuvre une panoplie de mesures d'amortissement social, de sauvegarde des emplois et de soutien consistant aux employeurs. Comme le montrent les chiffres au 31 août 2020, ces mesures affectent fortement l'équilibre budgétaire, tout en étant indispensables pour rétablir la confiance et préparer une relance durable et soutenable. Le projet de Budget de l'Etat pour 2021, qui sera présenté ce mercredi, renforcera ces efforts dans l'intérêt des citoyens et des entreprises."

 

Communiqué par le ministère des Finances


Publié le 13 octobre 2020