En 2021, l’emprunt souverain durable a permis de financer 65 projets – à hauteur de 331,5 millions d’euros –  ayant des impacts environnementaux et sociaux positifs.

Mercredi dernier, le ministère des Finances a publié le deuxième rapport de son emprunt souverain durable, émis le 7 septembre 2020. Ce document (disponible sur le site de la Trésorerie de l’Etat) « s’adresse avant tout aux investisseurs institutionnels internationaux » et inclut notamment les rapports d’allocation et d’impact. 

Dans le détail, l’emprunt souverain a financé 65 projets de secteurs différents au cours de l’année 2021. La condition sine qua non pour bénéficier d’un tel soutien ? Avoir un impact environnement et/ou social positif(s).

L’emprunt souverain durable a ainsi alloué :

- 137 millions d’euros au transport bas carbone – et évité près de 290 000 tonnes d’émissions de CO2

- 61,5 millions d’euros à l’éducation – notamment pour construire / rénover des établissements scolaires du pays et augmenter la capacité d’accueil d’environ 6 900 élèves

- 52,8 millions d’euros au logement abordable 

- 35,6 millions d’euros à la santé – permettant au personnel soignant et à leurs patients de disposer de 550 lits d’hôpitaux supplémentaires 

- 24,4 millions d’euros à l’inclusion sociale

Yuriko Backes a d'ailleurs profité de la conférence de presse pour rappeler que « le Luxembourg a été le premier pays européen ainsi que le premier pays au monde noté AAA à émettre un emprunt souverain durable. Afin d’assurer le plus haut niveau de transparence possible, ce deuxième rapport sur l’emprunt souverain durable […] détaille projet par projet les principaux indicateurs d’impact. Alors que l’affectation complète des recettes de l’emprunt est prévue d’ici la fin de l’exercice budgétaire 2022, près des trois quarts du montant total sont déjà alloués. »


Publié le 13 septembre 2022