Dans le cadre de la présidence roumaine du Conseil de l'Union européenne, Pierre Gramegna, ministre des Finances, s'est rendu à Bucarest du 4 au 6 avril 2019, pour participer aux réunions de l'Eurogroupe et de l'Ecofin informel, ainsi qu’au séminaire de l'Eurofi dédié aux services financiers.

En date du 5 avril 2019, l'Eurogroupe a notamment approuvé le Projet de Plan Budgétaire (PPB) 2019 du Luxembourg. Dans sa déclaration, l'Eurogroupe salue les choix budgétaires du Gouvernement, visant à maintenir un niveau élevé d'investissements et à accompagner la croissance, tout en veillant au maintien de l'équilibre budgétaire. L'Eurogroupe souligne que le Luxembourg non seulement respecte, mais dépasse, son objectif à moyen terme (OMT), ce qui confirme la bonne santé de ses finances publiques.

L'Eurogroupe confirme ainsi les conclusions formulées par la Commission européenne dans son avis du 22 mars 2019 sur le PPB 2019. Dans cet avis, la Commission a notamment estimé que le projet de budget du Luxembourg est pleinement conforme aux dispositions du Pacte de Stabilité et de Croissance (PSC). Elle a confirmé par ailleurs que la dette publique devrait continuer à baisser au cours des prochaines années, et rester à tout moment inférieure au seuil de 60% du PIB fixé dans les traités, ainsi qu’au seuil de 30% fixé dans l'accord de coalition. Partant, la Commission a invité les autorités luxembourgeoises à adopter et mettre en oeuvre le projet de budget, déposé par Pierre Gramegna à la Chambre des Députés en date du 5 mars 2019.

L'Eurogroupe a en outre abordé la situation macroéconomique en Europe, ainsi que des sujets liés à la supervision du secteur financier. Les ministres ont également eu un échange de vues sur des pistes permettant de renforcer encore l'Union économique et monétaire, pour la préparer au mieux à une éventuelle nouvelle crise financière. A ce sujet, les ministres se sont penchés en particulier sur les questions liées à la gouvernance.

A noter que l'Eurogroupe a également évalué les progrès accomplis par les autorités grecques dans la mise en œuvre des engagements de réforme qui sont énoncés dans la déclaration de l'Eurogroupe du 22 juin 2018. Sur cette base, il a émis un avis favorable pour le déboursement de la prochaine tranche d'aide, d’une valeur de 970 millions d’euros.

Les ministres ont par ailleurs eu une discussion sur l'évolution des taux d'intérêts et de l'inflation, en vue de la préparation de la session de printemps du Fonds monétaire international, qui se tiendra à Washington du 12 au 14 avril 2019.

Pierre Gramegna a également profité de l'occasion pour inviter ses homologues à l'assemblée générale de l'AIIB (Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures), qui se tiendra du 12 au 13 juillet 2019 à Luxembourg. Alors que le Luxembourg a été le premier pays non-asiatique à rejoindre cette banque, dix-huit Etats-membres de l'Union européenne en sont désormais membres, et deux autres ont posé leur candidature.

Dans le cadre des réunions de l'Ecofin des 5 et 6 avril 2019, les ministres ont eu des échanges sur l'achèvement de l'Union des marchés de capitaux et de l'Union bancaire, ainsi que sur les priorités du prochain cycle institutionnel, qui fera suite aux élections européennes du 26 mai 2019. Il s'agit de la première fois que les partenaires sociaux ont été invités à participer aux débats dans le cadre d'un Ecofin informel. 

Enfin, les ministres ont eu une discussion sur la fiscalité et la croissance. Dans ce contexte, Pierre Gramegna s'est félicité des avancées faites au niveau du G20 et de l’OCDE pour établir des règles communes et a rappelé l'importance de respecter le principe du level playing field, afin de garantir l’efficacité des mesures à mettre en place, et de préserver la compétitivité de l'économie européenne face à ses principaux concurrents américains et asiatiques. Il a également demandé à ce qu'il y ait une discussion plus poussée au niveau de l'Ecofin de la proposition franco-allemande présentée au G20, pour mieux en cerner la portée.

En marge des réunions de l'Eurogroupe et de l'Ecofin, Pierre Gramegna a participé au Séminaire de l'Eurofi. Cet évènement rassemble tous les six mois plus de 800 participants, représentant tant les autorités publiques que les principaux acteurs privés du secteur financier européen. En particulier, Pierre Gramegna est intervenu, aux côtés de son homologue français Bruno Le Maire, à l'occasion d'une session placée sous le titre: "La viabilité de la zone euro 20 ans après sa création." Les deux ministres y ont tiré un bilan positif de l'évolution de la gouvernance de la zone euro à l'issue de la crise financière. Ainsi, même si des améliorations peuvent encore être apportées à l'édifice, la zone euro est aujourd'hui bien plus solide qu'elle ne l'a jamais été depuis sa création. Pour Pierre Gramegna, l'euro est ainsi définitivement sorti de sa crise d’adolescence. Le ministre luxembourgeois a insisté en outre sur le fait que tout approfondissement de la zone euro devra prendre en compte trois idées complémentaires: une augmentation des investissements, notamment dans les infrastructures, des réformes structurelles dans l'intérêt de la compétitivité et de la convergence, ainsi que la réduction des risques comme préalable au renforcement de la solidarité entre les Etats-membres.

Pierre Gramegna a en outre profité de ce séminaire pour avoir des entrevues bilatérales avec des dirigeants de haut niveau de groupes internationaux présents au Luxembourg, pour évoquer avec eux leurs choix stratégiques, notamment au regard des dernières évolutions relatives au Brexit. Un autre sujet de discussion récurrent a été le développement du dossier de la réforme des autorités européennes de surveillance, dont la dernière mouture prend en compte un large nombre d'observations faites par le Luxembourg au cours des négociations. Suite à l'approbation du compromis par le COREPER, le Parlement européen devrait adopter le texte définitif au cours des prochaines semaines. 

 

Communiqué par le ministère des Finances


Publié le 08 avril 2019