L'or est considéré comme une valeur refuge par excellence pour les investisseurs en période de turbulences. Mais la chute vertigineuse des marchés boursiers a rendu le cours du métal précieux lui aussi très volatil. James Luke, gestionnaire de fonds chez Schroders, donne son point de vue sur l'or.

Stress à court terme

La peur du coronavirus, conjuguée à une chute des prix pétroliers, a entraîné une ruée sur les liquidités. Les prix de l'or sont sous pression et les actions or ont vu leur profit annuel s'évaporer. James Luke y voit plusieurs raisons. Il pointe la fin à court terme des futures spéculatifs. L'or a aussi été acheté comme couverture pour des positions d’indices. Il se peut que l'ampleur de la chute du marché boursier rende nécessaire de liquider des positions de couverture dans un environnement de baisse de la liquidité. Il est intéressant de noter en revanche que les détaillants d'or physique font état de ventes record.

Les actions or ont été entraînées, elles aussi, dans la chute du marché boursier. En fin de compte, les actions des producteurs d'or sont toujours classées dans la catégorie des « producteurs de matières premières » et sont donc incluses dans les grands indices boursiers. Cela signifie que des liquidations désordonnées (par exemple des ventes forcées) peuvent faire plonger les actions or à court terme.

Ce qui a eu le plus d’impact sur le prix de l'or, c'est la forte baisse des prévisions d'inflation. Il en a aussi résulté une volatilité accrue de l'or, liée à une pression à la hausse exercée sur les taux d'intérêt réels (parce que les prévisions d’inflation ont baissé plus rapidement que les rendements nominaux). L'or y est sensible à court terme.

 

L'or va culminer au-dessus de la barre des 2000 dollars

Nous vivons dans un monde combinant un niveau d’endettement élevé et des taux d'intérêt bas. Les taux d'intérêt seront maintenus à un niveau bas pendant longtemps et les mesures gouvernementales de stimulation devraient rapprocher les prévisions d'inflation du niveau cible. James Luke garde même ouverte l’option de « l'hélicoptère monétaire ». Il ne peut pas imaginer un environnement plus optimiste pour les prix en hausse de l'or.

James Luke distingue des facteurs clairement structurels soutenant le prix de l'or. Selon lui, nous sommes dans la phase initiale d'une augmentation structurelle des investissements dans l’or, tant par les investisseurs privés que par les banquiers centraux. Il s’appuie sur deux facteurs.

Premièrement, la dette mondiale élevée met sous pression la croissance économique mondiale. Une normalisation de la politique monétaire est de ce fait impossible. En cas de déclin économique, les décideurs politiques trouveront des solutions non conventionnelles. Les taux d'intérêt négatifs et l'accent mis sur le risque dans les obligations souveraines sont favorables à l'or.

Deuxièmement, après les élections américaines, on accordera une plus grande attention à la surévaluation du dollar et à la viabilité des déficits américains.

Vu la vitesse à laquelle le macro-environnement évolue, James Luke ne serait pas étonné que le prix de l'or atteigne dans les années à venir un nouveau record à plus de 2000 dollars l'once.

 

Tournant historique

L'or a une double identité. Le métal précieux a les mêmes propriétés qu'une matière première, mais il a aussi une fonction monétaire. Les banques centrales détiennent de l'or comme monnaie de réserve. C'est aussi la raison pour laquelle les banques centrales ont acheté des quantités record d'or l'année dernière.

Les actions or sont relativement mécomprises, selon James Luke. Les producteurs d'or produisent un actif monétaire pour lequel les attentes à long terme sont très fortes. Pourtant, les valorisations sont déprimées, à l’instar de celles des autres producteurs de matières premières. Cela s’explique en partie par les rendements dérisoires que le secteur a produits entre 2005 et 2015. Mais la situation des producteurs d'or est aujourd’hui totalement différente de ce qu'elle était dans le passé, ajoute James Luke. Malgré le stress à court terme que l’on connaît en ce moment, l’or se trouve à un tournant historique.

 

Communiqué par Schroders


Publié le 23 mars 2020