Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, et les représentants des banques BCEE, BIL, BGL BNP Paribas, Banque de Luxembourg, Raiffeisen, ING, Bank of China et Banque BCP viennent de signer les avenants de prolongation jusqu'au 30 décembre 2021 du régime de prêts garantis par l'État en faveur de l'économie luxembourgeoise dans le cadre de la pandémie Covid-19. Cette prorogation s'inscrit dans le cadre de la loi du 1er juin 2021 qui étend la période d'application du régime de garantie étatique du 30 juin 2021 au 30 décembre 2021.

À travers ce régime, annoncé le 25 mars 2020 dans le cadre du programme de stabilisation de l'économie, l'État garantit à hauteur de 2,5 milliards d'euros sur une durée maximale de 6 ans des prêts bancaires aux entreprises. Ce régime de garantie étatique, qui s'inscrit dans l'ensemble de mesures prises par le gouvernement pour soutenir l'économie face à la pandémie, s'est ajouté aux moratoires sur des prêts existants que les banques s'étaient engagées à accorder aux entreprises dans la phase aigüe de la crise. Des moratoires d'une valeur cumulée d'environ 4,5 milliards d'euros ont ainsi été accordés jusqu'à fin 2020 par les banques aux entreprises luxembourgeoises.

La Trésorerie de l'État, en charge de la gestion des prêts garantis, a enregistré depuis le lancement du régime jusqu'au 28 juin 2021, des prêts d'un volume de 186,6 millions d'euros, dont l'État luxembourgeois garantit 85%, à savoir 158,6 millions d'euros. Le taux de recours relativement faible aux prêts garantis par l'État souligne l'efficacité de la panoplie de mesures mises en place par le gouvernement pour soutenir tous les secteurs de l'économie et démontre également la résilience du tissu économique luxembourgeois.

Ce sont principalement les entreprises de la branche du commerce qui ont eu le plus recours à ces aides, avec un montant nominal des prêts accordés à hauteur de 60,8 millions d'euros. Les autres secteurs concernés sont l'industrie manufacturière avec 24,4 millions d'euros, la construction avec 23,7 millions d'euros, ainsi que l'hébergement et la restauration avec plus de 21 millions d'euros de prêts alloués. Les banques ont par ailleurs accordé des prêts non-garantis par l'État à hauteur de plus de 309 millions d'euros pour soutenir les entreprises.

Pour mémoire, le ministre des Finances, Pierre Gramegna avait signé le 21 avril 2020 la convention encadrant le régime des prêts garantis, avec les représentants des huit banques participantes. Initialement limité dans le temps jusqu'au 31 décembre 2020, il avait été prolongé une première fois jusqu'au 30 juin 2021. Il est à noter qu'à l'heure actuelle, l'État luxembourgeois n'a pas encore dû intervenir en tant que garant sur un prêt non remboursé.

Pierre Gramegna, le ministre des Finances, a commenté: "Les banques sont dans cette crise une partie de la solution. Au cours des premiers mois, les moratoires accordés par les banques ont notamment permis de donner une bouffée d'oxygène essentielle aux entreprises luxembourgeoises. En complément de ces moratoires et autres aides mises en place par le gouvernement, les prêts COVID-19 garantis par l'État auront fourni les liquidités nécessaires pour préparer la sortie de la crise. Sa prolongation jusqu'à la fin de l'année permettra de continuer à mobiliser les investissements indispensables pour accélérer davantage la relance et construire l'avenir. Je tiens à remercier l'ABBL et les banques qui ont pris leur responsabilité et ont fait preuve de solidarité en rendant ce régime possible."

Guy Hoffmann, président de l'ABBL, a affirmé que "les prêts garantis par l'État constituent un outil supplémentaire dans la gamme des solutions que les banques peuvent offrir aux entreprises, des solutions qui les aideront à surmonter les effets de la pandémie et à faire en sorte que l'économie continue sa relance."

Communiqué du ministère luxembourgeois des Finances


Publié le 30 juin 2021