L'investissement durable est de plus en plus populaire. Au cours des deux dernières années, les émissions d'obligations ESG ont augmenté d'environ 50 %. Les émissions d'obligations sociales ont fortement augmenté à la suite de la pandémie, dépassant la barre des 100 milliards de dollars. Les gouvernements ont doublé les émissions d'obligations du Trésor durables, dépassant les 40 milliards de dollars. Les investissements ESG dans les valeurs à revenu fixe connaissant une croissance rapide, les spécialistes de Schroders considèrent qu'il est essentiel de rester très critique et de s'assurer que les décisions d'investissement ont un impact.

Article de Schroders

Les obligations vertes, la plus grande catégorie d'obligations ESG, remontent à 2007 et ont été suivies par plusieurs autres types d'obligations ESG. Elles sont souvent liées à un projet durable, dont l'émetteur rend compte par la suite. Chaque catégorie a ses propres principes.

Les obligations vertes sont utilisées pour les initiatives environnementales, les énergies renouvelables, l'efficacité énergétique, la prévention de la pollution et les matières premières durables.

Les obligations sociales financent des projets qui profitent à la population, tels que des infrastructures de base, de l'eau ou de l'hygiène à prix abordable, l'expansion de l’offre de soins de santé.

Les obligations de durabilité visent à atteindre des objectifs à la fois environnementaux et sociaux.

Les obligations liées à la durabilité (SLB) sont dédiées à la réalisation d’objectifs de durabilité et comportent une clause de pénalité. Si les objectifs ne sont pas atteints à la date cible, le taux d'intérêt de l'obligation est augmenté d'un montant prédéterminé.

Le vert est bon

Les obligations vertes sont parfois considérées comme un outil de « blanchiment écologique », pour lequel l'émetteur prétend prendre des engagements forts en matière d'environnement, de société ou de durabilité, mais ne parvient pas à les respecter. Jusqu'à présent, la plupart des émissions vertes sont des obligations d'État, qui ne sont pas soumises aux mêmes normes ou à la même surveillance des investisseurs que les obligations d'entreprises.

Dans le cas des SLB, on dit parfois qu'il serait même préférable pour les investisseurs que l'entreprise n'atteigne pas son objectif, car cela entraînerait un rendement plus élevé grâce aux intérêts de pénalité. Une autre question est de savoir si les objectifs liés aux SLB sont suffisamment ambitieux.

L'essor récent des obligations ESG suscite donc à la fois enthousiasme et scepticisme. À plus long terme, il est certainement préférable pour les entreprises de s'engager à obtenir des résultats environnementaux et sociaux positifs et de fixer des objectifs clairs. Les entreprises ayant des objectifs ESG satisfaisants sont moins susceptibles d'être affectées, par exemple, par des taxes environnementales ou des réglementations plus strictes.

À mesure que le marché se développe, la nécessité d'un cadre plus solide se fait sentir. L'UE travaille sur une taxonomie verte et vise une norme verte. L'existence d'un évaluateur indépendant est importante pour la crédibilité.

Mais l'impact du vert n'est pas le même

Les obligations ESG ne sont pas toutes identiques. On pourrait s'attendre à ce que tout émetteur d'obligations vertes s'engage à réduire les émissions de CO2. Mais, dans la pratique, ce n'est pas toujours le cas. Par exemple, il existe des obligations durables émises par les aéroports, dans le but louable de réduire les déchets, alors que ce sont précisément les vols qui entraînent beaucoup d'émissions de CO2.

Avoir le label vert ou social est certainement un bon début, mais au final, seul l'impact d'une obligation durable compte. Cela nécessite une analyse active de l'impact de l'obligation elle-même et le suivi des objectifs de durabilité. Combinée à une analyse des risques de valorisation et de crédit, c'est finalement la meilleure façon d'évaluer les obligations ESG. Schroders estime que cela devrait être indépendant d'un indice de référence et distinct de la gestion du portefeuille.

Le vert émergent

L'impact est particulièrement important sur les marchés émergents, où les risques liés au changement climatique sont les plus aigus. Compte tenu de leur stade de développement, l'impact de chaque « dollar vert » peut être plus grand. Schroders se concentre sur des questions d'actualité telles que la protection contre les inondations, les transports propres, l'utilisation de l'eau et la biodiversité, ainsi que les projets d'énergie renouvelable.

Un portefeuille solide et diversifié est le meilleur moyen de profiter pleinement des avantages et du potentiel des obligations ESG.

Pour aller plus loin sur les ESG : Not all ESG bonds are created equal - here's why


Publié le 11 juin 2021