Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, a participé les 11 et 12 septembre 2020 à la réunion de l'Eurogroupe et à la réunion informelle de l'ECOFIN qui se sont tenues à Berlin dans le cadre de la présidence allemande du Conseil de l'Union européenne. Il s'agissait de la première réunion en présentiel des ministres des Finances depuis le début de la crise sanitaire de la Covid-19.

Pierre Gramegna a salué les discussions à 19 lors de l'Eurogroupe sur la relance économique en Europe, les réformes économiques et les politiques budgétaires en temps de pandémie de la Covid-19. Il a souligné dans ce contexte: "La crise Covid-19 est à la fois un défi de taille et un rappel important que les décideurs politiques de tous les États membres doivent mettre en place des programmes de réforme ambitieux qui aideront à réaliser la double transition verte et numérique. C'est pourquoi il est important de maintenir les investissements publics à des niveaux élevés au cours des prochaines années, tout en restant prudent dans la gestion des finances publiques."

Sur le plan de relance européen, le ministre des Finances a appelé à "une mise en oeuvre rapide et efficace." Il a par ailleurs commenté: "Si l'Europe veut que le plan de relance soit un succès, il faut veiller à ce que les politiques nationales de relance soient coordonnées au mieux à l'Eurogroupe. Seule une Europe unie pourra assurer une relance soutenue et durable."

Réunis à l'Eurogroupe en format inclusif, les ministres des Finances des 27 États membres ont procédé à un état des lieux de l'avancement des travaux sur l'Union bancaire et, sur l'arrière-fond de la crise économique liée à la Covid-19, ils se sont mis d'accord sur un programme de travail accéléré pour les prochains mois. Pierre Gramegna a souligné l'importance d'un système bancaire bien capitalisé dans le soutien de l'économie réelle et a insisté sur l'implémentation rapide de la réforme du Mécanisme européenne de stabilité, permettant à ce dernier de renforcer les filets de sauvetage de l'Union bancaire.

 

Ressources propres et fiscalité au 21e siècle

Lors des sessions de travail de l'ECOFIN, les 27 ministres ont eu un échange de vues sur le financement des priorités européennes par le biais de nouvelles ressources propres à l'UE et de la fiscalité du numérique, ainsi que de l'architecture future de la fiscalité européenne et internationale. Pierre Gramegna a déclaré à cet effet: "Le Luxembourg est prêt à discuter de l'introduction de nouvelles ressources propres au niveau européen, surtout si ces dernières permettent de contribuer au respect de nos objectifs en matière climatique et à condition d'assurer que les initiatives envisagées ne nuisent pas à la compétitivité de l'Europe."

Sur le sujet de la fiscalité du numérique, Pierre Gramegna a souligné: "L'objectif d'un accord au niveau de l'OCDE doit rester notre priorité, le Luxembourg ayant démontré au cours des dernières années son approche constructive dans les discussions afférentes à l'OCDE et au niveau UE." Pour les discussions européennes, Pierre Gramegna a exprimé le souhait que l'on continue à poursuivre la recherche du consensus qui est le garant de l'unité au sein de l'Union européenne.

En marge des réunions, Pierre Gramegna a eu une entrevue avec son homologue irlandais et nouveau président de l'Eurogroupe, Paschal Donohoe, pour un échange de vues sur les priorités de l'Eurogroupe pour les mois à venir.

 

Communiqué par le ministère des Finances


Publié le 14 septembre 2020